brider


brider

brider [ bride ] v. tr. <conjug. : 1>
XIIIe; de bride
1Mettre la bride à (un cheval).
2(av. 1630) Techn. Serrer avec une bride. Brider deux tuyaux. Brider une pierre, l'élinguer. Mar. Ligaturer (plusieurs cordages) au moyen d'un petit filin. Cout. Arrêter par une bride. (1783) Cuis. Brider une volaille, ficeler ses membres pour empêcher toute déformation à la cuisson. ⇒ trousser. Hortic. Brider un arbre, l'empêcher de grandir pour accélérer sa maturité. — (1690) Vieilli Ce veston me bride, me serre trop, me gêne.
3(XVe) Littér. Contenir dans son action, gêner dans son développement (un sentiment, etc.). freiner, réprimer. « une familiarité qu'elle ne tentait pas de brider » (Colette). Fig. Brider qqn dans ses élans.
⊗ CONTR. Débrider, libérer.

brider verbe transitif Mettre la bride ou le bridon à un cheval ou à un âne. En parlant d'un vêtement, serrer quelqu'un, le gêner dans ses mouvements : Cette veste me bride aux emmanchures. Contenir quelque chose, quelqu'un, empêcher qu'il manifeste librement ses sentiments, ses désirs, ses aptitudes : Brider une imagination exubérante. Cuisine Maintenir les membres d'une volaille par une ficelle passée au travers du corps. Marine Serrer fortement un amarrage reliant deux cordages ou un cordage et un espar. Mécanique Sur une machine-outil, fixer la pièce à usiner sur son support (table de fraiseuse, plateau de tour, etc.). Technique Serrer avec une bride. Régler un appareil (moteur, soupapes, etc.) de façon à l'empêcher d'atteindre le maximum de ses possibilités. ● brider (expressions) verbe transitif Brider un filet, en serrer les bords. Brider un poisson, l'amener sans lui donner de ligne. ● brider (synonymes) verbe transitif En parlant d'un vêtement, serrer quelqu'un, le gêner dans ses...
Synonymes :
Contenir quelque chose, quelqu'un, empêcher qu'il manifeste librement ses sentiments, ses...
Synonymes :
- maîtriser
- refréner
- réprimer
Contraires :
- débrider
- libérer

brider
v. tr.
d1./d Mettre la bride à. Brider un mulet.
d2./d Assurer par une bride, un lien.
|| COUT Arrêter par une bride.
|| CUIS Brider une volaille, la ficeler pour la cuisson.
|| MAR Serrer étroitement par un amarrage (deux ou plusieurs cordages parallèles).
|| Par ext. Serrer trop. Ce veston le bride.
d3./d AUTO Brider un moteur, le munir d'un dispositif qui le fait tourner à un régime inférieur à son régime normal.
d4./d Fig. Contenir, refréner. Brider sa spontanéité.

⇒BRIDER, verbe trans.
A.— [Le compl. désigne un cheval, un âne, un mulet] Lui passer la bride pour pouvoir le guider :
1. Tu as vu quel noble cavalier est mon fils? Et ce n'est pas un de ces coureurs de steppes qui ne savent que brider et panser leurs chevaux.
H.-R. LENORMAND, Le Simoun, 1921, p. 56.
Absol. Je fus obligée d'aller seller et brider moi-même (G. SAND, Histoire de ma vie, t. 1, 1855, p. 284).
P. métaph. Une règle qui assure l'ordre social, qui bride l'animal humain que le sexe rend fou, et qui le maintient dans les brancards (MAURIAC, Le Nouveau Bloc-notes, 1961, p. 408).
P. ext.
1. [Le suj. désigne un vêt.; l'obj. désigne une partie du corps hum.] Serrer étroitement en gênant les mouvements. Il songea aussi aux ajustements des femmes (...) aux jupes bridant le ventre (HUYSMANS, Là-bas, t. 1, 1895, p. 186).
Absol. Le pagne étroit bridant sur les hanches (T. GAUTIER, Le Roman de la momie, 1858, p. 174).
2. [L'obj. désigne les yeux ou la bouche] Tirer, étirer. Le muscle de la troisième paupière [chez les grenouilles et les crapauds] bride la partie inférieure de celui en entonnoir (CUVIER, Leçons d'anat. comp., t. 2, 1805, p. 427).
Emploi pronom. [Le suj. désigne les yeux ou la bouche] :
2. ... une mystérieuse unité unissait maintenant la bouche épaisse et les yeux qui se bridaient légèrement.
MALRAUX, L'Espoir, 1937, p. 705.
Absol. (valeur pronom). Les lèvres brident sur les dents (R. MARTIN DU GARD, Jean Barois, 1913, p. 547).
Rem. On rencontre chez R. Martin du Gard brider employé transitivement avec pour suj. un nom de pers., le sens étant celui de « rendre ses yeux bridés » (cf. bridé B 1). Il (...) se mit à rire en bridant les yeux (Les Thibault, Le Pénitencier, 1922, p. 686).
B.— P. anal. (dans les lang. techn.). Lier, serrer.
1. COUT. Brider une boutonnière. L'arrêter par un point de couture aux deux extrémités.
Rem. Attesté dans ROB., Pt ROB., Lar. Lang. fr.
2. ART CULIN. Brider une volaille. Lui lier les pattes et les ailes pour les maintenir pendant la cuisson. Une grosse aiguille à brider les poulets (Les Gdes heures de la cuis. fr., A. Escoffier, 1896, p. 196).
3. MAR. Lier ensemble en les serrant étroitement, deux ou plusieurs cordages tendus à peu près parallèlement. On bride les liures de beaupré, les estropes de poulies, les veltures, etc. (WILL. 1831).
4. TECHNOLOGIE
a) Brider deux tuyaux, deux pièces de bois. Les assembler à l'aide d'une bride (cf. bride B 7).
b) Brider une pierre. L'entourer d'un câble pour la hisser.
Rem. Attesté dans la plupart des dictionnaires.
C.— Au fig.
1. Contenir dans certaines limites, mettre un frein à la liberté d'action d'une personne ou au développement d'une force instinctive.
a) [L'obj. désigne une pers.] Le classicisme formel a bridé, brimé Corneille (BRASILLACH, Pierre Corneille, 1938, p. 158).
b) [L'obj. désigne une émotion, une passion, une faculté instinctive] Brider l'imagination, la volonté de quelqu'un :
3. ... on peut dire que si le calvinisme les a servis, c'est à la manière d'une contrainte qui bride et bande les forces et fait dire à Joseph de Maistre ce mot dont on a quelque peu abusé : « Ce qui gêne l'homme le fortifie. »
GIDE, Feuillets, 1911, p. 352.
Rem. On rencontre except. l'emploi pronom. avec le sens de se maîtriser ou se guinder chez E. et J. de Goncourt. L'autre tantôt furieux, tantôt se bridant, tantôt jouant la comédie du suicide devant elle (Journal, 1860, p. 761).
2. Arg. Tromper (cf. l'expr. vieillie brider la bécasse, la prendre dans un lacet, d'où prendre par ruse) :
4. Elle et lui menaient tout un commerce de taquineries, de plaisanteries. Il demandait les nouvelles des moutons-à-queue-courte — c'étaient les chèvres. « Reviens-y à les endormir! Tu les as bridées, mais tu ne me brideras pas! »
POURRAT, Gaspard des montagnes, La Tour du Levant, 1931, p. 111.
PRONONC. :[], (je) bride [].
ÉTYMOL. ET HIST. — 1. XIIIe s. « tendre le fil d'une fileuse » (Dit outils de l'hôtel, éd. G. Raynaud, 209, 10 dans Romania, t. 28, p. 58), attest. isolée; 1395 « mettre la bride à un cheval, à un mulet » (Viandier de Taillevent, MS. Vatic, Part II, ed. Pichon et Vicaire, 274 dans BARB. Misc. 25, n° 4, p. 47); 1534 oyson bridé « bête fantastique » (RABELAIS, Gargantua, éd. Marty-Laveaux, t. 1, p. 3); d'où 1611 « personne crédule » (COTGR.); av. 1630 « serrer avec une bride (une coiffure) » (D'AUB., Hist., II, 354 dans LITTRÉ); 1690 p. ext. « serrer, comprimer (d'un vêtement) » (FUR.); 1732 brider une pierre « l'élinguer » (RICH.); 1783 cuis. brider une volaille « ficeler ses membres pour qu'ils ne se détachent pas en cuisant » (Encyclop. méthod. Mécan. t. 2, p. 88); 1797 en parlant des paupières (Voyage de La Pérouse, p. 82); d'où 1857 yeux bridés (FROMENTIN, Un Été dans le Sahara, p. 165); 2. XVe s. fig. « freiner, réprimer » (COMM., V, 18 dans GDF. Compl.).
Dér. de bride; dés. -er.
STAT. — Fréq. abs. littér. :52.
BBG. — THOMAS (A.). Nouv. essais de philol. fr. Paris, 1904, p. 321. — SAIN. Arg. 1972 [1907], p. 122.

brider [bʀide] v. tr.
ÉTYM. 1395; « tendre le fil d'une fileuse », XIIIe; de bride.
1 Mettre, attacher la bride à (un cheval). || Brider sa monture, son cheval.
0.1 Il mena la cavale à l'écurie du palais, où il la mit entre les mains d'un palefrenier pour la brider (…)
A. Galland, les Mille et une Nuits, t. II, p. 340.
1 Pour cent francs par an, elle faisait la cuisine et le ménage, cousait, lavait, repassait, savait brider un cheval, engraisser les volailles (…)
Flaubert, Trois contes, « Un cœur simple ».
Prov. (vx). Chacun bride sa bête : chacun se conduit suivant sa fantaisie.Brider son cheval par la queue : faire les choses à l'envers.
2 (Av. 1630). Techn. Serrer avec une bride. || Brider deux tuyaux. || Brider une pierre, l'élinguer.
Mar. Ligaturer (plusieurs cordages) au moyen d'un petit filin.
Couture. Arrêter par une bride.
(1783). Cuis. || Brider une volaille, ficeler ses membres pour empêcher toute déformation à la cuisson. Trousser, et aussi bridure.
Loc. fig. (vx). Brider la bécasse. Bécasse.
(1690). Vieilli. || Ce veston me bride, me serre trop, me gêne.
3 a (XVe). Fig. (Sujet n. de chose ou [plus rare] n. de personne; → cit. 4). Contenir dans son action, dans son développement (un sentiment, un élément du psychisme). Freiner, refréner, réprimer. || Brider l'ardeur de la jeunesse. || Brider les désirs, les sentiments de qqn.
2 La crainte en moi fait l'office du zèle, bride mes sentiments, et (…)
Molière, Dom Juan, I, 1.
3 Une douleur fixe me bridait le cœur et me tenait les yeux aussi secs que si je n'eusse jamais pleuré.
E. Fromentin, Dominique, XVII.
4 Nous nous laissions aller, vis-à-vis d'Hélène, à une familiarité qu'elle ne tentait pas de brider.
Colette, l'Étoile Vesper, p. 111.
(Compl. n. de personne). Littér. || Brider qqn dans ses élans.
5 Certes, les examens le (le jeune homme) brident : « On a tant d'examens à passer avant l'âge de vingt ans, dit Sainte-Beuve, que cela coupe la veine. »
F. Mauriac, le Jeune Homme, p. 12.
b Régler (un appareil) de façon à l'empêcher d'atteindre le maximum de ses possibilités. || Brider une soupape; un moteur.
4 Étirer de façon à donner l'impression d'être bridé (3.). || Brider les paupières.
6 (…) un sourire qui s'allongeait soudain aux coins des lèvres, bridant les paupières, plissant les tempes (…)
Martin du Gard, les Thibault, t. VI, p. 62.
——————
bridé, ée p. p. adj.
1 Cheval sellé et bridé.
2 (1534). || Oie bridée, oison bridé, à laquelle (auquel) on a passé une plume dans le bec pour l'empêcher de traverser les haies et clôtures. Fig. et vx. (1611, oison bridé). || Oie bridée, oison bridé : personne niaise et docile.
3 (1797). || Yeux bridés : yeux caractéristiques de nombreux Asiatiques, présentant à l'angle interne un repli cutané qui retient comme une bride la paupière supérieure quand l'œil est ouvert. Par ext. Dont les paupières sont comme étirées latéralement. || Ces lunettes « derrière lesquelles deux petits yeux bridés papillotaient » (Martin du Gard).
6.1 Enfin on y voyait aussi (…) des Turcomans, avec ces yeux bridés auxquels semble manquer la paupière, — tous enrôlés sous le drapeau de l'émir (…)
J. Verne, Michel Strogoff, p. 264.
6.2 (…) l'œil (des Japonais) est libre dans sa fente (qu'il emplit souverainement et subtilement), et c'est bien à tort (par un ethnocentrisme évident) que nous le déclarons bridé; rien ne le retient, car inscrit à même la peau, et non sculpté dans l'ossature, son espace est celui de tout le visage.
R. Barthes, l'Empire des signes, p. 135.
Par métonymie. Terme raciste. || Les bridés : les Asiatiques.
4 Moteur bridé, dont on a volontairement limité le nombre de tours minute.Voilier bridé, mal réglé, qui ne peut atteindre sa pleine vitesse.
(Abstrait). || Une imagination bridée.
7 Ce qui est vrai, c'est qu'il a l'imagination tellement bridée, que je crois qu'il n'en reviendra pas sitôt.
Mme de Sévigné, 153, 8 avr. 1671.
8 Un jésuite bridé entre les menaces de la Société et l'inclination naturelle qui lui fait admirer la mémoire de son oncle (de Descartes).
Mme de Sévigné, 842, 14 août 1680.
CONTR. Débrider, encourager, exciter, libérer.
DÉR. Bridage, bridure.
COMP. Débrider.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • brider — Brider. v. a. Mettre la bride à un cheval, à un mulet. Brider un cheval. On s en sert aussi quelquefois absolument. Bridez, il faut monter à cheval, il est temps de brider. On dit fig. Brider, pour dire, Imposer des conditions à quelqu un pour l… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • brider — BRIDER. v. a. Mettre la bride à un cheval, à un mulet, etc. Brider un cheval, et absolument, Brider. Il est temps de brider. Bridez, il faut partir.Brider, signifie aussi, Ceindre et serrer étroitement. Un béguin qui bride trop un enfant. Son… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • brider — un cheval, Fraenare, Infraenare equos, B. ex Liuio. Se laisser brider, Fraenum mordere. Qui n est point bridé, Infraenatus …   Thresor de la langue françoyse

  • brider — (bri dé) v. a. 1°   Mettre la bride à un cheval, à un mulet, etc. Brider un cheval.    Absolument. Il est temps de brider.    Fig. Brider son cheval, son âne par la queue, s y prendre mal.    Brider la figure à quelqu un d un coup de fouet,… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • BRIDER — v. a. Mettre la bride à un cheval, à un mulet, etc. Brider un cheval, et absolument, Brider. Il est temps de brider. Bridez, il faut partir. Fig. et fam., Brider le nez à quelqu un avec une houssine, avec un fouet, Frapper quelqu un au travers du …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • BRIDER — v. tr. Garnir d’une bride un cheval, un mulet, etc. Brider un cheval. Absolument, Il est temps de brider. Brider, il faut partir. Il signifie figurément Empêcher d’agir en toute liberté. Brider quelqu’un par un contrat, par un acte, Mettre dans… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • brider — v.t. Fermer : Brider la lourde. Cri d alerte des joueurs de bonneteau à l arrivée de la police : Bride, bride ! pour fermer le parapluie sur lequel sont posées les trois bauches. / Terminer. / Empêcher d agir, tenir la bride : Il est bridé par… …   Dictionnaire du Français argotique et populaire

  • brider — tudi breeder ja [bríder] m (ȋ) fiz. oplodni reaktor: gradnja briderja …   Slovar slovenskega knjižnega jezika

  • brider — vt. ; discipliner, réprimer, dompter, canaliser, orienter, contenir (qq.) : bredâ (Annecy, Saxel, Thônes), bridâ, ptâ la brida su (kâkon) <mettre la bride sur (qq.)> (Albanais.001). Sav. P lé ptâ la brida dsu <pour leur mettre la bride… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • brider — Fermer …   Le nouveau dictionnaire complet du jargon de l'argot